Bombardier annonce la fin de production de son modèle 415.

C’est désormais officiel, la chaîne de production du célèbre amphibie de lutte anti-incendie installée à North Bay dans l’Ontario ferme.

Ce n’est pas une surprise. La nouvelle avait été annoncée au printemps. Il ne restait alors qu’une poignée d’avions à sortir et aucune nouvelle commande n’arrivant, cette décision est tout à fait logique. Le groupe aéronautique Bombardier subissant une zone de turbulences économiques, la décision de se séparer d’un secteur non vital n’en a sans doute été que plus facile. Même si la porte-parole du Groupe annonce que, en cas de nouvelles commandes, lesquelles se font désirer depuis de longs mois, la production de nouveaux bombardiers d’eau pourrait avoir lieu à Montréal, on devine que cette annonce scelle le sort d’un avion emblématique à plus d’un titre.

DSC_1374

20 ans après son entrée en service, le CL-415 vient de terminer sa carrière industrielle. Son histoire opérationnelle est, par contre, loin de l’être.

La fin de la production de cet avion bombardier d’eau appelle plusieurs remarques. Avec les modifications climatiques, il y a tout lieu de craindre que le problème des feux de forêt ne finisse par toucher de nouveaux secteurs géographiques et de nouveaux pays, ce qui pourrait avoir pour conséquence la nécessité d’un développement des flottes spécialisées. Or, le « Canadair »comme il est depuis longtemps improprement appelé, était pratiquement sans concurrence et n’avait plus besoin de faire la démonstration de son efficacité depuis longtemps.

L’arrêt de sa fabrication laisse donc un grand vide puisqu’on sait que le Beriev 200, encore plus ambitieux, n’a toujours pas réussi à s’imposer sur ce marché, que le ShinMeiwa japonais est un peu hors concours avec son prix unitaire exorbitant et tout laisse penser que le nouvel hydravion chinois ne sera pas bon marché non plus. Reste donc le FireBoss, bien moins performant mais beaucoup moins cher, qui pourrait se retrouver principal bénéficiaire de cette situation.

CL415 877 croate

Utilisé par de très nombreux pays et opérateurs, mais souvent en petite quantité (six, par exemple, pour l’aviation militaire croate), les Canadair ont été produits pendant 48 ans, à raison de quatre avions et demi par an en moyenne, ce qui est vraiment un rythme très lent.

Il y a peu de chance que le groupe canadien ait en tête de lancer un successeur à cet avion. Dans ce cas, est-ce que les droits de production du CL-415 pourraient être cédés à une entreprise qui serait en mesure de continuer la commercialisation de cet appareil, comme Viking l’a fait avec succès pour le Twin Otter, un autre produit que Bombardier n’a pas souhaiter conserver à son catalogue ?

Ce pourrait être une solution mais elle demeure risquée car il s’agit d’un avion hyper spécialisé et extrêmement couteux. Quelle entreprise aurait une assise économique assez puissante pour se lancer dans une telle aventure ? Sachant que dans de nombreux pays clients historiques de Bombardier, la période est à la rigueur et aux restrictions budgétaires.

Cette décision pose de nombreuses questions, surtout à l’heure où, en France par exemple, on s’interroge sur la succession des appareils en service, opérationnels depuis 20 ans et qui devront être remplacés dans les 15 ans à venir.

DSC_7900

Quel sera le successeur des CL-415 français ? La question est désormais posée.

Après 125 CL-215 et une centaine de CL-415 construits, c’est une longue histoire industrielle qui se termine, puisque le premier avion de la famille a fait son premier vol le 23 octobre 1967, il y a donc presque 48 ans jour pour jour.

L’histoire des couverture-4bombardiers d’eau Canadair a fait l’objet d’une étude complète dans le livre Canadair CL-215 & CL-415 « Scooper » publié chez Minimonde 76, toujours disponible.

 

 

 

 

 

Mise à jour du 28/07/2017 :

– La question de la succession des CL-415

– Viking relance le CL-415

6 réflexions au sujet de « Bombardier annonce la fin de production de son modèle 415. »

  1. A plus de 40 millions l’exemplaire c’est sur qu’ils ne vendront plus de CL-415. De plus ca fait longtemps que l’on dit que c’est fini pour le CL-415 a cause du prix. Dommage car j’ai travailler a la production des premiers en 1991

    • 40 millions de $Can ? En Euro, les prix donnés tournaient autour de 30 millions. Son prix est élevé, mais c’est aussi logique puisqu’il n’y a pas de production de masse et que l’appareil est hyper spécialisé. Le prix n’est sans doute pas le seul critère qui explique cet assèchement des commandes. Possible qu’après 20 ans de production, il fallait lancer une version significativement améliorée pour tenter de jouer la carte de la succession. Cette méthode avait très bien fonctionné au milieu des années 90, mais la conjoncture internationale n’est plus la même non plus.

      On peut quand même noter qu’en produisant un appareil aussi longtemps à un rythme aussi peu élevé (4 à 5 avions par an en moyenne), Bombardier a défendu cet appareil aussi longtemps que possible. Mais quand il n’y a plus de clients…

      • Désolé mais il y a plusieurs clients potentiels. C’est le prix le problème. En 1990 le moteur a piston a été remplacer par le moteur a turbine. L »avion par elle même est a la fine pointe de la technologie.

  2. Plusieurs problemes se conjuguent pour en finir avec le CL415:
    Le prix.. $37M est le chiffre annonce. Bref entre 35 et 40 M de Dollars ou Euros cela fait tres cher pour un avion monomission qui ne vole que 3 mois/an.
    Les helicos sont polyvalents et larguent aussi de l’eau…Et ils sont polyvalents! Donc peuvent effectuer d’autres missions et voler a l’annee.
    Dommage que les pays autour de la Mediterranee n’assurent pas de missions Patmar, Surmar avec leur flotte de CL415; En unifiant les flottes de la France, Espagne, Italie, L’Europe pourrait creer enfin une unite de Gardes Cotes ! Mais l’Europe est incapable de creer cela et chaque pays garde ses petits avions… C’est symbolique du manque d’esprit d’equipe europeen. Pourtant la Surmar est une priorite…
    L’autre probleme etant l’efficacite: excellente quand plusieurs avions en noria avec un point d’eau a quelques minutes du feu.. mais l’efficacite diminue avec la distance feu/lieu d’ecopage.Cela rend le Canadair non pas exceptionnel mais juste un moyen aerien de plus dans la « boite a outils »…

    S’ils disparaissent de la production, ce sont les helicos qui les remplaceront …. et meme des helicos/drones…comme le K-Max/drone.

  3. Bombardier m a demande de trouver 5 commandes au moins pour reouvrir son usine.
    donc si l un d entres vous a des infos a me fournir au sujet de clients potentiels en plus des miens .
    je suis pret a ecouter
    le CL 415 est un bon avion
    il faut faire des efforts pour refaire demarrer la fabrique et faire descendre son prix de vente.
    Amities a tous

    CDT DOV GANEM
    PRESIDENT
    ISRAEL AIR FIRE DEFENCE

    • La France pourrait avoir des avions à remplacer à moyen terme, les Bombardier 415 les plus anciens étant arrivés en service il y a 20 ans maintenant. Mais la Sécurité Civile doit d’abord remplacer ses Tracker et construire sa nouvelle base de Nîmes. Donc pas de budget disponible avant plusieurs années.

      Il ne fait aucun doute que le 415 est un bon avion, mais maintenant, pour trouver de nouveaux clients, il faudrait apporter de nouveaux arguments à tous les pays qui ont déjà été sollicités et intéressés par cet avion : une motorisation et une avionique revue, des performances améliorées, des possibilités multi-mission plus accessibles.

      La question n’est donc pas de trouver de nouveaux clients, mais de savoir exactement ce dont ont besoin et veulent ces clients potentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *