Un vol « à s’en taper l’cul par terre »

C’est une des grandes anecdotes de l’Aéronautique Navale, une de celles qui ne pouvaient s’écrire qu’à bord du plus mythique chasseur à réaction a avoir jamais porté la cocarde tricolore.

Deux F-8E(FN) de la 12F à bord du Foch en décembre 1986. (Photo : C. Boisselon, coll. RJ Francillon)

En cette fin d’année 1977, la Flottille 14F se trouvait temporairement à Djibouti à l’issue de la mission Saphir II qui, depuis le mois de juin, avait mené le Foch dans l’Océan Indien, autour de la Réunion, de Mayotte, de l’île Maurice et jusqu’au Sri Lanka, avant de rentrer à Toulon le 10 décembre.

La trace d’un passage de F-8 sur une route djiboutienne. (Journal de marche de la 14F)

Fin novembre, deux « Crouze », dont le numéro 29, piloté par le Maître Sedzinsky, avaient décollé de Djibouti pour une mission de navigation à basse altitude au-dessus du désert.

En dehors de toute couverture radar, les deux aviateurs ont pris un petit peu trop au pied de la lettre leurs consignes de mission.

Alors qu’ils suivaient « à une altitude suffisante » une route bien rectiligne, Sedzinsky s’est fait surprendre par une très légère élévation de la chaussée et sur quelques dizaines de mètres, a frotté les quilles de son avion sur le macadam, établissant au passage deux records.

Le premier, a parfois été égalé puisqu’il s’agit d’un vol à l’altitude zéro – on se dit que le record aurait été encore plus marrant sur les secteurs « hypothalassiques »  qui existent dans la région – le second est sans doute un record de vitesse sur route.

Le retour à Djibouti a été moins glorieux car si l’avion avait laissé une belle trace sur la route, la route avait aussi laissé une belle trace sur les quilles et sous le croupion du chasseur Vought, synonymes de petits soucis à venir pour le pilote pour qui l’histoire aurait quand même pu se terminer plus mal. (voir note 2)

Les quilles du Crusader 29 après leur rencontre avec une route djiboutienne. (Journal de marche de la 14F)

Une conclusion qui fait débat ! ( journal de marche de la 14F)

Sedzinski, lâché sur Crusader en 1966 et malheureusement décédé en 2017, a, au cours de sa carrière, accumulé un total de 2300 heures sur F-8 ce qui le place en troisième position des pilotes français les plus expérimentés sur le type, juste derrière les 2500 heures de Degletagne mais surtout des 3037 de Philippot, seul pilote de l’Aéronavale parmi les 6 pilotes a avoir dépassé les 3000 heures de vol sur cette machine mythique.

Le Crusader 29 a été réparé et a revolé rapidement. Modifié en F-8P, il faisait partie des derniers appareils encore opérationnels au sein de la 12F à la fin du XXe siècle. Il est préservé à l’entrée de la BAN de Landivisiau.

Les Crusader ont quitté le ciel français en 1999, ça fera donc 20 ans à la fin de l’année. Même si la Marine et ses pilotes ont clairement gagné en efficacité opérationnelle en échangeant leurs « MiG Master » contre des Rafale, il faut avouer que les hurlements et la fumée des J57 ont laissé des traces indélébiles dans le souvenir de ceux qui ont eu la chance de voir voler le F-8 !

Un F-8P armé d’un missile Matra photographié en vol dans les années 90. (Photo : S. Meunier, coll. RJ Francillon)

Note : L’histoire des F-8 français a fait l’objet d’une des plus enthousiasmante monographie jamais publié en France : « Les Crusader français en action », publié chez Lela Presse en 1997 puis en 2003 et réimprimé l’an dernier. L’ouvrage a été écrit par Jean-Marie « Gallou » Gall, qui, avec ses 1500 heures sur F-8 était quand même à la meilleure place pour apprécier cet avion et collecter toutes les infos nécessaire à l’écriture d’un tel livre.

Note 2 : dans son autobiographie « Paroles en l’air » (éditions Maïa, 2020), Patrick Louis raconte : « ce genre de plaisanterie n’est que rarement apprécié par les chefs militaires et la Marine ne fit pas exception. Sedzinski fut donc prié d’aller se calmer pendant deux ans dans les écoles de l’Armée de l’Air en qualité d’instructeur« . A Tours : « il considérait les élèves-pilotes comme une sorte de denrée consommable ! » « Peu de mots, peu de sourire (il) paraissait incapable d’une quelconque empathie » mais « c’était manifestement plus une composition volontaire qu’une réalité. »

10 réflexions sur « Un vol « à s’en taper l’cul par terre » »

  1. Joli coup ce vol en TBA…ça c’est bien terminé, tant mieux.
    J’ai eu l’occasion, étant « petit », de voir un Crouz en meeting sur la base de Francazal.Je garde en mémoire la présentation magistrale, et surtout une approche tout sortit, crosse aussi et remise des gaz suivie d’une montée quasi verticale …et on l’a perdu de vue, avalé par les nuages qui pourtant étaient assez haut.Et ce bruit…!whouaou.

  2. Saphir l je faisais pedro, les exploits de Sed ont alimenté les discutions au poste OMS de Clem durant toute le reste de la mission.
    Gérard Lacourte

  3. C’est sans doute le seul Crouze à avoir réalisé avec sa quille, à l’altitude 0, voire en secteur hypothalassique , la signalisation horizontale d’interdiction de dépasser d’une route djiboutienne, à l’insu de son plein gré… L’histoire ne dit pas si cette interdiction a, par la suite, été respectée par les usagers de la route concernée, qui ont du s’interroger sur l’apparition soudaine de cette signalisation séquentielle en zone désertique.

  4. Quartier maître photo à Djibouti à bord du foch j’ai participé au « reportage » photo de l’époque ! Sacré pilote et sacré chasseur le CROUZE!

  5. J’ai fait la « glorieuse « 12F de 75/77 & 83/87,saphir 2,j’ai bien connu Sed,Pipo,Josa,Thomas,Degletagne(le motard qui a fait le Dakar) Bignon, Hoff,Manaud(qui s’est crashe en SUE sur le Clém suite au départ intempestif de la catapulte laterale)Velten qui a eu une panne réacteur en sortie de catapulte (passé sous le PA et ressorti dans le remous des hélices) et combien d’autres dont je connais les noms et qui se sont tués au manche de ce superbe avion qui pour ceux qui l’ont côtoyé ou travaille dessus ne resteront jamais insensibles.

    • Peut être avez-vous connu mon grand père l’amiral Félix Ortolan, qui a volé sur crusader et qui a été pacha de l Arromanches. Je cherche des images ou l’histoire pour compléter les infos sur son incroyable carrière dans l’aéro !

      • Bonsoir, l’Amiral Ortolan n’a pas volé sur Crusader mais sur Seafire notamment. Il a quitté le service actif an 1963, soit quelques années avant l’arrivée du Crusader dans l’Aéronautique Navale. Vous pouvez contacter l’ARDHAN qui pourra vous renseigner sur le parcours aéro de votre Grand-Père.

Répondre à Bouyssy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *