Accident du Tracker 22, quelques commentaires…

Depuis l’accident de T22 et le décès de son pilote, Franck Chesneau, dont la mémoire a été célébrée hier à Nîmes, c’est la foire à la connerie chez les experts d’internet et certains pseudos-journalistes qui découvrent que, oui, il n’y a pas que des Canadair à la Sécurité Civile.

Quelques points rapides :

Oui, l’avion est en fin de carrière mais non, ce ne sont pas des ruines volantes. T22 avait environ 14 000 heures de vol pour un potentiel constructeur annoncé à 25 000. Quant à la qualité de sa maintenance, la remettre en cause serait particulièrement injurieux pour ceux qui s’en occupent avec patience, passion et compétence.

Oui, les pilotes adorent leur avion. D’ailleurs, pour la succession des Conair Turbo-Firecat, ils rêvaient ouvertement de remplacer leurs Tracker par… des Tracker comme ceux qui sont utilisés en Californie, légèrement plus performants et un petit peu plus récents. On peut considérer ceci comme une vraie preuve de confiance !

Oui, les turbines n’aiment pas trop les fumées, mais c’est la même chose pour les Canadair et l’ensemble des avions de lutte contre les feux de forêt dans le monde. Ce n’est pas pas par hasard si les biturbines sont légion dans ce business. Mais même chez les Air Tractor monoturbine, je ne me souviens pas d’un accident causé par un « flame-out » après un passage dans des fumées. Les pertes de contrôle et les collisions avec le sol en situation de vol contrôlé (CFIT) sont les causes d’accident les plus courantes.

J’ai posé la question à un ami qui vole sur feu depuis 23 ans, ça lui est arrivé une fois en C-130 (une turbine sur quatre… autant dire un évènement sans gravité).

Oui, ils sont seuls à bord en temps normal mais certains pilotaient des Jaguar et des Super-Etendard il y a quelques années sur des théâtres d’opérations bien plus complexes (vous avez entendu parler des ATO, Air Tasking Orders des opérations conjointes ?) que les feux de forêt !

Le Tracker est une bonne machine, et comme tous les avions, il faut respecter son domaine de vol. Il est utilisé pour une des missions les plus difficiles qu’il puisse exister, les accidents arrivent aussi parfois dans des activités plus « calmes » et réputées plus sûres.

Une enquête est en cours, attendons ses conclusions et halte aux raccourcis hâtifs, aux articles bricolés. Il est évident que les pilotes du secteur ont autre chose à faire que répondre aux sollicitations de la presse pour défendre leur monture, leur métier et leur collègue en ce moment ; le bal des vautours actuel est particulièrement déplacé.

FM

23 réflexions sur « Accident du Tracker 22, quelques commentaires… »

  1. Les seuls suffisamment compétents pour éventuellement faire des commentaires sont les experts en charge de l’enquête; la plupart du temps cette enquête débouche sur des recommandations, mais jamais au grand jamais ils ne font de commentaires sur tout ou partie de l’événement.
    O combien méprisables sont les prétentieux et ignorants qui osent diffuser de telles âneries !

    • mais ils ne parleront pas avant d’avoir des éléments tangibles, ou même d’avoir publié leur rapport. Néanmoins, les médias sont dans leur rôle d’évoquer des hypothèses, mais c’est à eux aussi de rester aussi dans la prudence et dans la pondération… même si ça fait moins le buzz !

  2. Entièrement d’accord avec vous. Sincères condoléances à la famille de Franck Chesneau. J’ai souvent été sur le terrain pour les voir arriver rapidement et effectuer leur travail dans des conditions difficiles. JB (sapeur-pompier à la retraite).

  3. bonjour
    votre message est tres clair si les gens croient les journaleux ils faut les black lister stop aux conneries ces personnes n’ont aucun respect .
    en 89 j’ai ete confronter a ca avec le crash d’un HBE sur GEMENOS mon pere etait a
    bord entant que sp j’ai ententu de tout jusqu’a la conclusion de l’enquete qui a reveler un acciddnt raricime l’helico est rentre en raisonance .
    pour finir je suis de tout coeur avec ces pilotes de ABE etant moi meme sp pro au sdis 13

    • Je suis journaliste, ne l’oublions pas. Ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Dans la presse aéro et chez les spécialistes aviation de certaines rédactions, j’ai vu de très bons papiers.

      Par contre, j’ai vu quelques amateurs qui se prétendent pourtant journalistes, surfer avec avidité sur ce sujet pour multiplier les visites sur leurs sites avec le plus d’indécence possible, en frôlant même les fake-news… et leurs audiences n’ont hélas rien à voir avec mon modeste blog…

  4. Merci à vous pour ces commentaires tecniques et operationnels, très pertinents.
    Seuls les experts dans ce domaine aeronautique si particulier sont en droit de nous éclairer pour que ce tragique accident ne se reproduise pas

    • les vrais experts, les gens de la BSC et des services de communication de la SC ne sont malheureusement pas, et pour des raisons évidentes, disponibles pour être sur toutes les chaînes en ce moment. Et malheureusement les rédacteurs en chef de ces chaînes pensent que si on est expert en aviation commerciales et consultable pour les accidents d’avions de ligne, on est aussi valable pour les avions de lutte anti-incendies.

      J’ai heureusement quelques confrères bien retaillés sur ces sujets mais ce ne sont pas eux qu’on va chercher, pas assez médiatiques car très professionnels…

  5. Vous me rassurez par la richesse de vos exemples. : je connais ces avions depuis mon adolescence à La Ciotat où il y a eu de sacrés incendies mais sans les avoir approchés ! Il faut parler du sol aussi, c’est à dire que les propriétaires privés doivent nettoyer leur environnement, couper les arbres pourris ou secs ou malades bref débroussailler et les parcelles abandonnées sous le vocable poétique de « garrigue » restent toujours sous statut agricole donc aidées par la PAC si on le demande ! Encore faut-il que le maire leur mette la pression !

  6. De toute façon à chaque événement qui survient , ces médias à la mode nous sortent des pseudos  » spécialistes  » de la justice , de la police , de l’aérien etc …..

  7. Merci, pour ce petit papier, rien à redire, tu as parfaitement raison certains « experts » comme Michel chevalet ne se sont même pas renseignés avant de dire autant de bêtises à la télé , ce sont de véritables vautours qui ne pensent qu’a L’audience . Les risques pris par les pilotes sont connus et calculés, mais personne n’est à l’abri d’une erreur, et dans ce métier l’erreur est souvent la dernière que l’on fait. Les pilotes sont des passionnés de leur métier , voler est un plaisir c’est un privilège que d’exercer ce métier.

  8. Tres bon article pour recentrer et mettre les bavardages parasites a leur place.
    Il est difficile d’attendre les conclusions de l’enquete mais cela reste le mieux a faire. Courage aux familles, celle de Francky bien sur…je n’ose imaginer la douleur pour son epouse et ses enfants… Mais aussi les familles des autres pilotes dont le sang se glacent, le coeur s’arrete en entendant la nouvelle d’un crash et puis il repart… soulage mais triste. Tres difficile a vivre de partager la vie d’un metier risque. Metier passionnant mais risque.

  9. Malheureusement dans ces temps de médiatisation à tout crin ce qui compte c’est d’être le premier et de partager quelque chose….de vrai…de faux..??
    Dans ce cadre et cet environnement, la théorie du complot c’est tellement croustillant que même les vertueux s’y laisse prendre. En effet, l’intonation et l’esprit de ses informations sont orientés pour vous rendre coupable si vous pensez autrement. C’est du terrorisme intellectuel.

  10. Approuve tout a fait vore article qui remet un peu les choses en choses en place. Les pseudo experts il y en a sur toutes les chaines, depuis des medecins qui n’ont pas vu un malade depuis des années jusqu’au generaux qui ont fait carrière bien au chaud dans leurs bureaux ce qui ne les empechent pas d’arborer la Legion d’Honneur.
    Tout est a prendre avec recul.

  11. Moi pour qui 75 % voire plus des pilotes de Trackers sont des frères d’armes que je connais personnellement, je pense qu’ils seraient d’accord pour que je cite un de mes maîtres à penser:
    “Les cons , ça ose tout, c’est d’ailleurs grâce à cela qu’on les reconnaît ! » 
    «Fermez le ban !! »

    • On peut compléter de façon très pertinente avec Maître Folace : « Et c’est pour ça que je me permets d’intimer l’ordre à certains salisseurs de mémoire qu’ils feraient mieux de fermer leur claque-merde ! »

      Parce que j’en ai vu des paquets, de ces salisseurs de mémoire qui n’ont même pas attendu que Franck repose en paix pour balancer leurs conneries… Et je ne vise pas là les consultants mais bien tout plein d’experts internet tous bouffis d’autant d’importance que d’ignorance !

      Dans mon texte je suis resté soft…

  12. A chaque fois je me dis à nouveau : pour un sujet que je connais bien, je constate la connerie manifestée dans les médias, alors que penser de tous les autres sujets dont on nous abreuve dans les media mainstream ?

    • Les journalistes français ont de bonnes bases en éco, en socio, en politique. Mais dès que ça commence à toucher les domaines techniques, ils est préférables de suivre les spécialistes. Mon coup de gueule ne visait pas spécialement les journalistes généralistes (on ne peut pas être spécialistes de tout !) mais certains de leurs consultants, mais surtout les innombrables « experts-internet » et leurs commentaires débiles.

      Et je passe sous silence ceux qui ont profité des tweet du MinInt ou du Président pour déverser leur haine et leurs conneries en oubliant que c’était l’occasion de se recueillir pour un aviateur qui a donné un peu plus que ce que lui ordonnait sa conscience professionnelle. C’était gerbant. Il y a un temps pour tout dans la vie politique, le temps des revendications et le temps du recueillement, certains débiles profonds l’ont oublié !

      Que le cul leur pèle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *