Paris-Villaroche Air Legend 2019

Après une première édition saluée comme réussie, les organisateurs étaient attendus au tournant. Le programme était alléchant, conforme aux ambitions affichées dès le lancement du projet : du Warbird, du jet, que du lourd… Effectivement, le plateau était superbe et le spectacle enthousiasmant.

Comme l’an passé, j’ai fait l’impasse sur le samedi. Le dimanche je suis arrivé par les transports en commun : Train direct depuis la gare de Lyon puis navette vers l’aérodrome. Première bonne surprise, les navettes étaient bien fléchées avec du personnel pour guider les visiteurs et les rotations plus fréquentes. Conséquence, les bus étaient pleins, ou presque (1). Et le retour fut tout aussi rapide.

Une fois sur place, perception du badge, fouille du sac et en quelques minutes j’étais sur place. Les premières infos recueillies auprès de l’équipe du Fana n’étaient pas très bonnes, le F-86 de Fred Akary était bloqué en Autriche par la météo et sera dans l’incapacité de rejoindre la France. Dommage.  Mais les deux autres grandes vedettes du show, le T-33 de Top Gun Voltige et le MiG-15 du Norwegian Air Force Historical Squadron étaient bien là.

MiG-15 et T-33, les vedettes annoncées étaient bien là. Le F-86, qui aurait bien complété le tableau, était bloqué en Autriche par la météo.

C’était le moment de prendre le temps de faire le tour de l’exposition statique. L’enclos est vaste, les avions pas trop entassés… l’occasion de tirer le portrait de près de quelques machines et de croiser quelques copains engagés comme guides pour les visiteurs les plus curieux et présents pour répondre aux questions des visiteurs.

Plusieurs avions étaient effectivement intrigants comme ce P-40F de The Fighter Company dont le pedigree semble particulièrement curieux. Il y avait aussi un P-51 Mustang basé en Allemagne et rarement vu en France et bien d’autres curiosités comme le Sea Fury aux couleurs irakienne, basé et immatriculé en Belgique et qui dispose encore de son moteur Centaurus d’origine.

De façon tout à fait bizarre, c’est l’avion d’accompagnement de la Patrouille de France qui m’a principalement attiré puisqu’il s’agissait d’un des deux nouveaux C-130J-30 de l’Armée de l’Air que je n’avais, jusque là, que vu d’un peu loin lors des derniers défilés du 14 juillet. Las, la PAF étaient attendue ailleurs et l’équipage se préparait à partir, pour visiter la bête, ça sera pour une prochaine fois.

Le C-130J-30 d’accompagnement de la PAF.

La quasi totalité des avions présents allait voler dans l’après-midi donc il était temps de trouver un emplacement près des barrières non sans avoir passé un moment dans les stands, saluer Eric qui présentait son nouveau livre sur le Mystère IVA ou Albert et sa maquette du DR400 au 1/48e. Puis je suis passé chez The Aviation Bookshop et j’ai été très très fort… en dépit de titres tentants, j’ai réussi à ne rien acheter… (2)

Après avoir savouré un excellent sandwich au foie gras poêlé (proposé à un tarif qu’on qualifiera de raisonnable à 10 €) il était temps de se mettre en position pour le show. C’est au nord de la plateforme que j’ai retrouvé mes amis et le choix de la position s’est avéré particulièrement avisé. Autant l’an passé nous avions pesté du positionnement du haut-parleur et des commentaires trop forts, autant là… rien… et pourtant nous n’avons pas perdu une miette de ce que Bernard Chabbert disait puisque nous étions à quelques pas de lui, mais dans notre recoin, au calme… c’était parfait !

Petit, assez rapide, le BD5 version jet est très difficile à photographier.

Vers 13 heures, les démonstrations en vol débutèrent et les avions défilèrent ainsi sans interruption jusqu’à environ 18h00. Les représentants officiels de l’Armée de l’Air étaient bien présents. Le Rafale Solo Display célébrait ses 10 années avec une décoration assez seyante et symbolique. Il s’agissait aussi d’une des dernières démonstrations publiques de « Babouc » qui va laisser son siège pour la prochaine saison et devenir « coach » de son successeur comme c’est devenu la tradition.

Le Rafale dédié au RSD avec sa décoration spéciale dévoilée très récemment.

L’Alpha Jet solo display était là également et il aurait été bienvenu de le faire évoluer en patrouille avec le T-33, les deux appareils portant l’insigne de l’École de Chasse (3). L’EVAA a également régalé les spectateurs mais si il ne fallait retenir qu’une démonstration, ce serait celle de l’A400 qui mérite d’être vue et revue !  Maîtrise des trajectoire et illustration parfaite de la maniabilité de la monture, quelques passages bien spectaculaires pour les spectateurs, c’était splendide. On s’approche clairement des démo du Spartan au Bourget 2009 ou du C-130J en 2011 mais évidemment sans égaler celle du LM-100J de Farnborough 2018… Ça envoie !

La démo tactique de l’A400M, à voir, vraiment !

L’aéronautique navale ne fut pas en reste grâce aux Cocardes Marine qui, fidèles à leur habitude, sont arrivées groupées, encadrés par deux Rafale de la 11F et auxquels s’est joint un Vampire/Venom, histoire de ne pas oublier que la Marine en a eu quelques uns en plus de ses Aquilon (4).

Les cocardes marine approchent… On commence à s’habituer de les voir ainsi, mais s’en lasser ? non !

On aura du mal à se lasser de voir évoluer ensemble Zéphyr et Paris et Alizé.

En 2000, lors du retrait de service de l’Alizé, on était loin d’imaginer que 20 ans plus tard le 59 pourrait retrouver le ciel !

Puisqu’on parle d’avions embarqués un tantinet musclés, le F4U-5 de la Ferté-Alais était également présent et l’ouverture du show, en patrouille serrée avec le F8F Bearcat risque de rester longtemps dans toutes les mémoires…

Le F4U Corsair de la Ferté, remis en état de vol récemment n’a pas tardé à reprendre sa place de vedette incontournable de meeting aériens !

Et qui mieux que Ramon Josa, légende vivante de l’Aéronautique Navale française pour en commenter l’histoire et les évolutions ?

Pour Ramon Josa, Corsair, Crusader, Etendard et Super-Etendard n’ont aucun secret ! L’art de l’appontage non plus !

Le Corsair laissa la place au Grumman F8F Bearcat piloté par Peter Kynsey pour une démonstration de pilotage extrême vraiment enthousiasmante.

Le plus petit fuselage possible autour du plus puissant moteur de l’époque… Le Bearcat est particulièrement véloce.

Bernard Chabbert abandonna donc son micro sans regret à Claude Liédet qui pilota ces appareils en Indochine. Ce genre de moment mérite d’être renouvelé tant que ces vétérans le peuvent !

Claude Liédet raconte le Bearcat qu’il a intimement connu. Bernard Chabbert savoure !

Et le spectacle ne s’est pas arrêté là. Deux P-40 et un Curtiss H.75, trois Spitfire dont celui de Caroline Grace, qui à l’époque était monoplace et fut piloté par le français Jean Dabos, et un Hurricane ont notamment évoqué la seconde guerre mondiale.

A noter que quatre Yak ont évolué ensemble un bon moment en se suivant de près, comme une sarabande aéronautique… c’était du plus bel effet.. à regarder comme à écouter !

Sarabande de Yak… Une belle façon d’évoquer le front Russe !

Et que dire de cette patrouille absolument mythique entre le Curtiss H.75 et le D.3801 Suisse, tout à fait représentatifs de la chasse française en 1940. On parle beaucoup de patrimoine… en voilà, du patrimoine !

Curtiss H.75 et MS.406 ont été au cœur des combats de mai 1940.

Le D-3801, version Suisse du MS.406, est splendide avec ses couleurs originales.

D’autres machines impressionnantes vinrent compléter le spectacle comme ce superbe TBM Avenger ou le très élégant Lockheed Electra.

Le Lockheed Electra au décollage.

Le TBM Avenger fut un des outils majeurs de la victoire de l’US Navy dans le Pacifique et sa carrière ne s’arrêta pas là.

Quatre T-6 évoluèrent aussi de concert ainsi qu’un T-28 et comment ne pas citer le CAC Boomerang ?

Comme l’original, ce CAC Boomerang est une extrapolation d’un T-6 !

Les guerres plus récentes furent aussi évoquées avec un Cessna 337 grimé en O-2 de l’aviation du Vietnam du sud, guidant deux Skyraider, offrant l’occasion aux organisateurs de faire un peu parler la poudre…

Skyraider en approche, tous aux abris !!

Puisque la thématique portait sur les jets des débuts de l’ère de la réaction, nous avons eu la chance de voir évoluer ce Hunter biplace Suisse.

Le Hunter Suisse biplace nous a régalé avec une démonstration élégante et très dynamique.

Mais évidemment, ce sont le MiG et le T-33 que tout le monde voulait voir ! Alors que leurs démonstrations respectives étaient largement espacées dans le programme des vols, pourquoi a-t-il donc bien fallu que les deux légères ondées de l’après-midi surviennent pile, exactement, à ces deux moments là ? Par chance, elles ne furent ni longues ni intenses, mais pour les amateurs de photos d’avions sur fond bleu, c’était raté !

Sans doute plus chromé que ne l’étaient les avions de Meknes puis de Tours, le F-AYMD est superbe.

ça faisait quelques années qu’un T-33 n’avait pas survolé la France, voici un retour qui fait vraiment plaisir !

Pour distinguer les photos prises le samedi de celles prises le dimanche, c’est simple : la couleur du ciel à l’arrière plan !

Le MiG-15 UTI norvégien a été construit par PZL-Mielec en Pologne.  Il passe devant un des rares bouts de ciel bleu de Melun qui restait au moment de sa démo.

Petit, agile, à voir évoluer le MiG-15 on comprend qu’il a été un adversaire coriace pour les F-86 en Corée.

Le meeting s’est conclu par quelques passages du DC-3 de Chalair en patrouille avec les deux P-51 Mustang et c’est à la Patrouille Tranchant, leadé par Hugues Duval qu’est revenu le privilège de fermer le rideau sur cette deuxième édition du meeting de Melun. Puisque la thématique était fortement marquée par les jets des années 50 et 60, pouvait-il en être autrement ?

Un des derniers tableau du show, le DC-3 escorté par deux Mustang.

Quelle conclusion tirer de cette deuxième édition : Qu’il est encore plus nécessaire que le show continue à s’éloigner de ce qui est proposé à la Ferté et que les organisateurs poursuivent dans cette voie avec une thématique resserrée et un plateau toujours impressionnant ! Pour les connaisseurs, l’absence du F-86 n’a pas été un drame, en tous cas moins que les deux averses du dimanche pendant les démos du MiG-15 et du T-33 ! Faut bien avouer que c’était pas de bol ! Mais pour les organisateur, le pari a été une nouvelle fois tenu, le « métal hurlant » promis ayant été massivement présent !

Rendez-vous est fixé désormais pour les 12 et 13 septembre 2020 !

Authentique, exotique et particulièrement racé, ce Sea Fury fut une des très belles surprises de cette deuxième édition du Air Legend 2019 !

 

(1) Vu l’effort fait par ces passagers pour ne pas venir encombrer les routes, il serait de bon ton de passer à des mesures encore plus incitatives comme offrir en retour l’accès à l’enclos statique par exemple !

(2) on me souffle dans l’oreillette que c’était plus en raison de l’encombrement causé par une pile de livres dans les transports en commun qu’autre chose. On se rattrapera la prochaine fois !

(3) Le T-Bird a bien fait escale à Tours le lendemain du meeting pour une belle séance photo « de famille » !

(4) Si l’Aquilon a déjà son livre de référence, les Vampire et Mistral français vont bientôt bénéficier aussi du « pavé » qu’ils méritent… encore un peu de patience, les auteurs sont en train de corriger les premières épreuves de mise en page.

3 réflexions sur « Paris-Villaroche Air Legend 2019 »

  1. Bonjour,
    Je vous renouvelles mes félicitations, et je vous propose une petite suggestion constructive:
    Lors de l’entrée des spectateurs sur le parking avions il serait bien qu’un panneau à chaque avion rappelle le nom et les principales caractéristiques de la machine ou exiger la présence d’ un mécano ou d’un pilote près de la machine pendant ce créneau horaire pour répondre aux questions des visiteurs, ou mieux, les deux.. C’est possible, ça s’est déjà fait jadis !!!
    François

    • A transmettre aux organisateurs. Néanmoins il y avait des personnes en charge d’informer les visiteurs dans l’enclos : coucou à David et Benjamin par exemple. Mais avoir un petit panneau devant chaque appareil ce n’est effectivement pas très compliqué.

    • Bonjour,

      Ce n’était pas devant chaque avion, mais il y avait des reconstitutieurs devant certains appareils qui se faisait (ou se serait fait) un plaisir de répondre aux questions. Ce sera la même chose l’an prochain.

      Cordialement

      Romain Lebourg, administrateur de la section Air du Collectif France 40

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *