Compiègne Aéro Classic 2017

A peine 48 heures après Florennes et son inoubliable Spotter Day, c’est un jeune meeting très proche de la région parisienne que nous avons découvert.

Le Compiègne Aéro Classic est né en 2013. Sa programmation, comme son nom l’indique, est résolument tournée vers les appareils méconnus, souvent civils, nés depuis la fin de la première guerre mondiale. Les « Classics », dans le vocabulaire habituel des passionnés, s’opposent effectivement aux « Warbirds », les avions de combat, essentiellement survivants de la seconde guerre mondiale. Cette orientation est liée directement à la présence sur le site du « Cercle des Machines Volantes », association de restauration d’avions anciens à l’origine de cette manifestation;

Pourtant, cette année, ce sont bien deux vétérans du grand conflit mondial qui se tenaient sur l’affiche, le thème du meeting étant de rendre hommage aux combattants de mai 1940. Si le Hawk 75 de The Fighter Collection de Sir Stephen Grey était bien présent, le Messerschmitt 109 avait déclaré forfait, comme le Morane-Saulnier 230, autre vedette annoncée du show, tous deux victimes de pépins techniques plus ou moins graves. Il a donc fallu faire sans.

Comme souvent sur les meetings aériens prévus sur deux jours, le premier, le samedi, est souvent le plus calme. Ce fut donc le cas aussi ici. Et, en tant que spectateur, on ne va pas s’en plaindre.

Pas de queue pour rentrer sur le parking. Pas de queue pour monter dans la navette non plus. A vrai dire, c’est son chauffeur qui nous a d’emblée proposé ses services alors que nous étions prêts à franchir à pieds les 500 mètres séparant le parking de l’entrée du meeting. Pas de queue au point de sécurité, pas de queue pour acheter les billets d’entrée (10 €, un prix tout à fait raisonnable). Pas de queue non plus, un peu plus tard, pour acheter un sandwich saucisse… Du point de vue de l’organisation, ça devait être un constat plus amer, mais on peut imaginer une scène tout à fait différente le lendemain.

Le site du meeting. En jaune les espaces pour le public autour des avions en statique, en gris une zone « de transit » où étaient exposés des véhicules militaires anciens et quelques magasins, en bleu, les deux ou trois stands VIP et en rouge, la zone publique nord ouverte juste à l’ouverture du meeting dès lors que l’usage du taxiway n’était plus requise.

Pour réussir un bon meeting aérien, il faut un certain nombre d’ingrédients. Une bonne organisation, rodée et amicale n’est pas inutile, une météo clémente aussi. Un plateau sympa est essentiel. Un plateau sympa n’est pas forcément synonyme de nombre. Un alignement au statique de 75 F-16, ça ne fait rêver personne. Il faut de la variété et si possible des machines rares. Entre le plateau statique et le plateau dynamique, environ une trentaine d’avions attendaient les spectateurs. Certaines étaient vraiment rares et peu courantes en meeting aérien.

Dès le début des démonstrations en vol, les équipes de bénévoles déplacent les barrières longeant le taxiway pour ouvrir la partie nord de la pelouse aux spectateurs. Quel plaisir alors de s’installer librement, sans être agglutinés et compressés, ni subir la présence de spotters hollandais et leurs immenses échelles. Le bonheur en dépit de l’exposition à contre-jour du show, le long de la piste 05-23, laquelle a été utilisée dans les deux sens en fonction du vent changeant de l’après-midi.

Captain’speaking ? Pendant que la foule a le nez en l’air, le commentateur vérifie ses check-lists.

Le commentaire était assuré, avec parfois des accents clairement « chabbériens », par Ivan Hairon. Il peut aussi lui arriver de glisser des clins d’œil marqués aux copains croisés sur l’aérodrome, ce qui n’a pas manqué de faire rire les intéressés…

Le premier tableau aérien a impliqué deux répliques contemporaines, immatriculées au Luxembourg, de chasseurs de la première guerre mondiale, un Sopwith Pup et un Nieuport 28, afin de rendre hommage aux aviateurs de la Grande Guerre, en particulier Georges Guynemer qui a passé une longue partie de sa jeunesse à Compiègne.

Apparu en 1916, Le Sopwith Pup, adulé par ses pilotes, a été une très mauvaise surprise pour les aviateurs du Kaiser.

Délaissé, au profit du Spad, par l’aviation française, le Nieuport 28 a armé les premières escadrilles américaines en Europe qui ont su en tirer bon parti.

Après cette ouverture quelque peu guerrière, c’est un rare Potez 60 des années 30 qui a pris son envol. On parlait de « Classic » ? En voici donc un bel exemplaire. Le F-POSE est un des avions basé localement au sein du Cercle des Machines Volantes.

Le Potez 60 est représentatif de l’Aviation Populaire des années 30, l’époque où on incitait la jeunesse à voler. On aurait pu parler de période bénie si elle ne s’était terminée si tragiquement en mai 1940.

Le Potez laisse ensuite sa place à un Nord 1101 Noralpha. Après avoir produit des Messerschmitt 108 et 208 pendant l’occupation, l’entreprise des Mureaux poursuivit son activité en construisant des 208 dotés de moteurs Renault. Ces appareils furent utilisés par les armées françaises pour les missions de liaison, mais un certain nombre de ces machines trouvèrent aussi des applications civiles.

Le Nord F-GXMB, à la juste limite entre « warbird » et « classic » !

Un Bücker Jungmeister a ensuite enchaîné avec une démonstration de voltige classique avant de laisser sa place au plus classique des classiques, un SV4 Stampe. Une des vedettes du meeting s’est présentée ensuite. Construit par Morane-Saulnier en 1931 ce DH-60 Moth est de retour dans son pays d’origine.

Le DH-60 a connu son heure de gloire… au cinéma dans Out of Africa ! Notez la tenue du pilote, tout à fait dans l’esprit de l’époque.

Sans doute la révélation du jour. Qui avait déjà entendu parler du constructeur aéronautique Tipsy et de son Trainer de 1937 ? 42 exemplaires construits a partir de 1937, trois survivants en état de vol dont le OO-EOT. Avec un moteur de seulement 62 ch, il croise à 170 km/h et peut parcourir environ 700 km ! L’avion parfait pour aller boire un verre à Deauville un samedi ensoleillé !

Biplace côte à côte, torpedo, le Tipsy a une allure vraiment séduisante.

Avec son allure étrange le Percival Mew Gull ne manque pas d’attirer les regards. Avion de course britannique apparu en 1934, cet appareil établit un record de vitesse à plus de 420 km/h. Le G-HEKL est une réplique du 3e appareil de ce type construit, qui fut détruit par un bombardement allemand au début de la guerre.

Le talent des aérodynamiciens britannique des années 30 est particulièrement mis en valeur sur le Mew Gull. Il n’en garde pas moins une allure un peu étrange.

Après la présentation en vol d’un T-6 et d’un Pilatus P2, ce fut au tour d’un des plus élégants appareils de la création de prendre l’air. Le Beechcraft Staggerwing était, lors de son apparition, plus rapide que les avions de chasse alors en service. Comme le Beech 18 ou le Lockheed Electra, il est emblématique de ces avions des années 30 qui ne se démodent pas et qui continuent de faire rêver les passionnés.

Non, le Staggerwing n’est ni un avion de chasse ni un avion de course. Il était juste le précurseur des avions d’affaires d’aujourd’hui.

Le Ryan présent à la Ferté-Alais était là aussi. Il a toujours cette allure aussi étrange !

Pas de clim à bord, qu’à cela ne tienne, voler la verrière entr’ouverte, ça peut aider à supporter la chaleur !

Deux appareils de voltige classique ont ensuite enchaîné, le biplan Pitts dans un premier temps, suivi par un Yak 50.

Yak 50, voltigeur monoplace.

C’est donc au Curtiss H.75 qu’est revenu l’honneur de clore la première journée du meeting. Si on se souvient des MS 406 et Dewoitine 520 de la Bataille de France, il ne faut pas oublier qu’en termes de victoires aériennes, ce sont les H.75, achetés en urgence aux USA en 1938, qui ont obtenu le palmarès le plus important avec environ 200 avions allemands abattus.

Quel est le prix pour être propriétaire d’un avion rare et historique ? Quelques millions d’Euros sans doute !

Son propriétaire ne s’en cache pas, cet avion est à vendre. Et il serait souhaitable qu’il puisse rester en France eu égard ses états de service dans notre pays, et le peu de représentants encore en état de vol de cette période… Mais le prix demandé est directement en relation avec cette rareté.

Parce que c’est un avion rare, précieux et qu’il n’est pas un avion de voltige, le Curtiss a été présenté en vol de façon rationnelle en multipliant les passages publics, souvent avec un bon badin. Il n’était pas question de prouver que son pilote était apte à la voltige premier cycle, ce dont personne ne doute, mais bien de montrer l’avion dans son véritable élément. C’est une démarche, très appréciée, qui a été adoptée pour plusieurs démonstrations de l’après-midi,

Depuis une bonne dizaine d’années, le H.75 apparait sur les meetings français avec toujours le même succès, pourvu que ça dure.

Après les démonstrations en vol, quelques avions ont ensuite pris l’air, un Stearman pour offrir à un heureux veinard un baptême de l’air les cheveux aux vents puis l’autre Staggerwing.

Un Staggerwing au décollage. Juste sublime.

Sur le parking, c’est un magnifique Piel Super Emeraude qui a taxié à son tour vers la piste.

La filiation avec le célèbre Cap 10 ne fait aucun doute quand on regarde un Super Emeraude. Certains exemplaires, comme celui-ci, sont également aptes à la voltige.

Enfin, un très rare NC 856, présent sur le statique, s’est envolé aussi. Sur cette ancienne base de l’ALAT, cet avion n’avait rien de hors sujet puisque c’est dans l’armée de terre qu’il fit une partie de sa carrière.

Un Norvigie au décollage à Compiègne. Une scène logique sur une ancienne base de l’ALAT.

La journée s’achève doucement. Quelques bancs permettent aux plus assoiffés de s’hydrater assis près de la buvette. Aucun bouchon à la sortie du meeting, Pas de file non plus à la sortie du parking. Que demander de mieux ?

Les évolutions d’un Pitts sont résolument spectaculaires, même lors de la prise de vitesse après le décollage.

Il est clair que les amateurs de métal hurlant ne vont pas considérer Compiègne comme une destination digne d’un déplacement, et c’est ce qui explique en partie la totale et heureuse absence de spotters à échelles. Néanmoins, les appareils présentés sont variés et certains, véritablement spectaculaires, proposent un spectacle que les profanes peuvent apprécier d’emblée. Les connaisseurs, les passionnés avertis, ont, eux, le plaisir de voir évoluer, avec une vraie proximité des équipages, des avions véritablement rares ; l’attrait de l’inédit, s’ajoutant à une atmosphère paisible et familiale, ont fait de ce samedi après-midi un moment très agréable.

7 réflexions sur « Compiègne Aéro Classic 2017 »

    • à ce point-là ? j’ai tâté du Cap 10 il y a une bonne décennie, et je l’avais trouvé pas si rétif que ça (sauf au roulage où il avait envie d’aller brouter en bord de piste) ; le Super Emeraude est si différent que ça ?

  1. Très heureux que mon super emeraude vous ait plu!!
    Juste une petite précision : le cp1310c3 fabriqué par la société Scintex et dont F-BMJD est le dernier exemplaire produit , est certifié voltige comme son illustre descendant le CAP 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *