Le rassemblement d’hydravions de Biscarrosse 2018

Biscarrosse, un peu au sud de Bordeaux, au bord du lac éponyme est un site lourdement chargé d’histoire aéronautique puisque ce fut une hydrobase importante juste avant et pendant la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, elle reste le seul endroit en France où l’hydraviation de loisir est possible en permanence, même si d’autres sites, comme l’étang de Berre, sont fréquentables mais sous conditions.

Vol de patrouille entre DC-3 et Albatross pour le plus grand plaisir de tous, et en particulier celui de leurs équipages respectifs.

Quel autre endroit alors pour organiser un rassemblement de ces drôles d’oiseaux, mi-bateaux mi-avions, si rares et si étonnants ?

Les promesses de l’affiche du RIHB2018 ont été tenues ! Chapeau !

Même si la météorologie prévue n’était guère engageante, le programme annoncé était suffisamment riche pour justifier le déplacement. Et il faut bien dire qu’à part deux ondées, le temps a été particulièrement agréable lors des trois jours que nous avons passé entre l’aérodrome de Biscarrosse-Parentis et l’hydrobase Latécoère.

Le site étant orienté vers le sud, il est donc globalement à contre-jour ce qui peut s’avérer quelque peu gênant pour les photos, mais un peu de difficulté n’est pas non plus déplaisante.

Le rassemblement était prévu pour s’étaler gentiment sur quatre jours, les deux premières journées étant consacrées à un « splash-in » et aux répétitions du grand meeting devant se tenir le weekend en clôture de l’évènement.

Il faut bien dire que l’ambiance de ce « splash-in » était particulièrement agréable avec juste ce qu’il fallait de spectateurs et des avions qui décollaient et amerrissaient en permanence devant nous, effectuant un nombre impressionnant de baptêmes de l’air payants (100 € la demi-heure sur les Piper Super Cub du club local – pas de surcoût pour le meeting, c’est le prix auquel cette prestation est proposée tout au long de l’année) aux nombreux volontaires présents. Il était possible également d’opter pour des ULM amphibies.

Le « Storch » ou l’hydraviation ultra-légère !

Selon les habitués des précédents rassemblements, en particulier ceux du début des années 2010, le plateau était plutôt restreint mais l’évènement étant en phase de reprise, il pourrait se bonifier encore. Voici donc, pour le plaisir et dans le désordre les avions qui ont constitué cette manifestation étonnante, sympathique et originale.

Super Cub en train de remonter le slip de Biscarrosse. Oui, ça semble étrange comme phrase, pourtant, elle décrit justement cette photo !

Si vous pensez avoir déjà vu l’homme assis en place instructeur à bord d’un Rafale ou d’un Falcon, ce n’est pas un Mirage !

Les Piper Super Cub de l’Aéroclub « Aquitaine Hydravions », des PA-18-150 disposant donc d’un moteur de 150 ch ont assuré l’essentiel de ces vols de découvertes. Au nombre de trois, ils ont effectué ensuite lors du meeting aérien une sympathique présentation en vol en patrouille serrée.

La patrouille des Super Cub de Biscarrosse.

Dans l’enclos réservé aux appareils actifs, outre quelques ULM, se trouvaient deux Lake Buccaneer, dont le D-ETII qui, comme son immatriculation ne l’indique pas, est basé et exploité depuis Aix en Provence où il peut profiter de l’hydrobase de Berre et de celle de Martigues pour initier les amateurs aux joies du posé sur l’eau avec un avion à coque. C’est sur cet appareil que j’ai  été initié en 2011, sur l’étang de Vaïne et par un pilote de Canadair, à cette forme étonnante et passionnante d’aviation.

Le D-ETII, à l’aise sur le sec…

… Comme sur les pistes très très humides !

Il était accompagné par un autre Lake Buccaneer, basé en Belgique apparemment, mais très justement immatriculé en Grande-Bretagne G-VWET !

Le D-ETII et le G-VWET navigant de concert !

Le Lake belgo-britannique à l’amerrissage.

Deux Cessna 206 étaient également visibles. Le premier, très classique était immatriculé aux USA. Le second, immatriculé en Allemagne, mérite qu’on s’y attarde. C’est un Cessna 206 modifié par la société Soloy et où le moteur Lycoming, pouvant atteindre 300 ch sur ce modèle, a été remplacé par une turbine Rolls-Royce/Allison 250 pouvant atteindre 450 shp. Gain de puissance, gain de performances et un carburant moins onéreux, les 206 Soloy ont beaucoup séduit les opérateurs de Cessna 206 n’ayant pas l’ambition ou le besoin de franchir le pas du Cessna 208 Caravan, plus volumineux.

Evoluant sur un lac calme au possible, le 206 Soloy MK II montre sa vitre arrière intégrale, idéale pour bien apprécier le paysage !

Mais le plus sympathique était ce formidable DHC-2 Beaver venu de Norvège, un périple mouvementé, bien équipé de son moteur à pistons d’origine. Dans le panthéon des avions sympathiques, qui ont su se rendre indispensables dans les régions les plus difficiles, le Beaver tient une place de choix. C’est une des raisons qui explique aussi sa présence sur l’affiche de l’évènement et ça n’est que bien mérité !

Un Beaver rutilant sous le soleil, comment ne pas être fan ?!

L’amerrissage sur un flotteur est une technique habituelle pour assurer une manœuvre propre et sûre.

Des lignes simples, pas forcément les plus élégantes ; mais le « bush plane spirit » coule à flot dans toutes ses durites !

Bien sûr, ces avions ne sont pas des Warbirds rutilants, tout auréolés d’exploits guerriers mais les vrais connaisseurs savent que ces appareils ont écrit des pages entières du grand livre de l’histoire de l’aviation, pas forcément les plus connues, mais pas les plus laides. Ce sont des avions qu’on croise rarement en meeting, qui ne font pas frissonner les spotters, mais les aspirants pilotes et les amateurs d’aviation légère s’en délectent.

L’Apache Roll, inspirée par la Patrouille Breitling, fait partie des figures les plus photogéniques de la PAF depuis quelques années.

L’organisateur du rassemblement en était sans doute conscient, c’est pour cela que le meeting aérien a comporté quelques machines plus attractives pour le grand public.

Parmi ces vedettes figurait la Patrouille de France. La zone du meeting n’étant pas forcément très étendue, nous nous sommes retrouvés lors des répétitions et de leur présentation officielle du samedi à côté du « point central » où se trouvaient le reste de l’équipe de la PAF et son caméraman dont le travail permet une analyse après coup de la qualité du vol du jour. Ils disposaient d’un retour des communications radio du leader ce qui nous a permis de suivre la démonstration en direct avec la patrouille. Honnêtement, ça vaut largement le commentaire officiel !

Leur exhibition s’est déroulée d’ailleurs en milieu de programme ce qui a eu l’avantage d’éclaircir quelque peu les rangs des spectateurs et de faciliter ainsi la sortie du site pour ceux pour lesquels un meeting aérien ne se résume pas qu’à la démo des Alpha Jet bleus blancs et rouges. D’ailleurs, cette programmation permet sans doute à la boutique officielle de la PAF de booster son chiffre d’affaire pendant le reste de l’après-midi.

Qu’on ne s’y trompe pas, tenir ce genre de formation, c’est du très grand art !

On sait que la prestigieuse formation a connu un changement de Leader en plein hiver obligeant celui de 2012, alors directeur des équipes de présentation de l’armée de l’Air à reprendre le poste au pied levé. On aurait pu craindre que le programme en souffre. Il n’en est rien puisque la démonstration 2018 est bien rythmée avec quelques innovations dont une nouvelle figure et finalement très agréable à suivre.

Un des deux Rafale M de la 17F en pleine remise de gaz !

Histoire d’en mettre plein la vue aux spectateurs, rien de mieux qu’un chasseur moderne. La Flottille 17F de Landivisiau, qui a échangé ses Super Etendard pour des Rafale il y a deux ans, possède des liens particuliers avec la cité de Biscarrosse, marraine de l’unité depuis 2013. Elle était donc présente avec deux de ses avions pour une démonstration tactique impressionnante et bruyante à souhait. Moins fluide que la démo à quatre Rafale présentée à la Ferté-Alais, les deux « Glorieux » n’en ont pas moins présenté leurs avions de façon vraiment spectaculaire..

Avions de voltige, hélicoptères et autogire complétaient le programme, avec parmi les pilotes quelques noms prestigieux. Il ne manquait juste que la Sécurité Civile, mais aucun des avions nîmois n’est apparu sur les meetings aériens du printemps, même pas pour les 40 ans de l’UIISC1 à Nogent le Rotrou ce même weekend.

Mais les vedettes de ce rassemblement étaient trois et, à elles seules, méritaient clairement le déplacement.

A tout seigneur tout honneur et au pays des hydravions et des amphibies, le vénérable Catalina se devait d’être présent. Cette année, c’est « Princesse des Etoiles » qui est venue tremper sa coque dans le lac de Biscarrosse.

« Princesse des Etoiles » dans un de ses nombreux éléments !!

Si il est assez courant de voir un PBY en vol, l’avion basé à Melun ou son confrère britannique étant très souvent sollicité par les organisateurs de meeting français (et s’en plaindre serait incompréhensible) il faut bien avouer que le voir dans l’eau est absolument magique. Et en vol, c’est toujours d’une élégance sublime !

En courte finale sur le plan d’eau de Biscarrosse.

Mais alors qu’on pouvait imaginer le N9767 être la grande vedette du show, il s’est fait ravir le titre par un jeunot né après-guerre !

Grumman Albatross surpris en flagrant délit de vol de vedette à un Catalina lors d’un meeting aérien.

Venu spécialement du Nevada où il est désormais basé après avoir passé beaucoup de temps à Santa-Rosa en Californie, le Grumman Albatross N7025N, également annoncé sur l’affiche du rassemblement, a été la vraie grande star de cette édition.

– T’as déjà vu « Always » de Spielberg ? – Non, pourquoi ? – Pour rien, pour rien…

Édition d’autant plus sous le signe de l’hydravion Grumman qu’un autre exemplaire, récupéré en Italie dans un état de délabrement avancé et restauré, a été inauguré pour l’occasion en exposition statique à l’entrée du musée de l’hydraviation à quelques mètres du site du meeting.

L’autre Grumman Albatross, sauvé et restauré au statique par le musée de l’Hydraviation.

Deux Albatross ! Même si cet avion n’a que des liens très ténus avec l’histoire de l’hydraviation de notre pays, il n’en était pas moins un grand témoin du temps où ces appareils étaient les rois des cieux.

Pas le plus beau des hydro, mais un avion à l’allure unique et à l’histoire chargée.

L’Albatross a assuré une démonstration en vol quotidienne mais pour que le spectacle soit vraiment complet, c’est bien depuis son mouillage devant la foule qu’il prenait son envol. Et pour parachever le spectacle, c’est en patrouille serrée avec le C-47 de Chalair qu’il terminait sa présentation. Deux très grandes légendes de l’aviation volant de concert… juste splendide ! Et quel bruit !! C’était juste magique !

Passage en formation pour deux merveilles de l’aviation !

C’est un autre hydravion qui a clôt l’après-midi.

Fort de l’annonce de sa future remotorisation par le réacteur SaM 146 de Safran et NPO Saturn, le Beriev 200 est brutalement revenu sur le devant de la scène. Il n’avait plus été vu en France depuis l’été 2011 lorsqu’il avait été longuement évalué par les pilotes de la Sécurité Civile française qui l’avaient, cependant, trouvé prometteur mais perclus de défauts lui rendant sans doute difficile de prétendre succéder aux CL-415 en service depuis un peu plus d’une vingtaine d’années désormais.

Ecopage du Beriev 200, à bonne distance du public.

Cette remotorisation, qui ne règlera sans doute pas tous les problèmes décelés, offre à l’appareil le soutien d’importants groupes aéronautiques européens, ce qui n’est pas anodin, du tout ! Néanmoins, le retard pris dans ce programme pourra-t-il être rattrapé ?

Largage depuis le bombardier d’eau Russe. Sa charge maximale est de 12 000 litres mais se fait au détriment de son autonomie.

Il y a fort à parier que l’avion sera à nouveau présenté en France, en particulier lors du prochain salon du Bourget. On ne pourra que lui souhaiter de faire une démonstration en vol un peu plus proche du public même si l’équipage a daigné s’approcher un peu plus du rivage lors des exhibitions du samedi et du dimanche.

Le Beriev surpris en finale à Bordeaux, au retour de sa dernière démonstration à Biscarrosse.

Biscarrosse demeure donc le haut-lieu de l’hydraviation française. Celle-ci est toujours bien vivante, notamment grâce aux bombardiers d’eau de la Sécurité Civile mais son usage récréatif demeure quand même très bridé, alors même que les endroits où la pratiquer en toute tranquillité ne manquent pas.

Le Cessna R-172K I-DROV, qui n’a pas volé au cours du rassemblement, provennait de l’aéro-club de Côme, autre grand lieu de l’hydraviation européenne. Il a malheureusement été accidenté après un atterrissage forcé le dimanche 10 dans les collines au nord de Carcassonne.

Le Rassemblement de 2018 a été une réussite indéniable et nous ne pouvons que souhaiter aux équipes qui ont repris son organisation de parvenir à le rendre encore plus vaste. On se met à rêver d’un plateau encore plus ambitieux et d’une météo encore plus clémente pour 2020 ! Le rendez-vous est pris !

3 réflexions au sujet de « Le rassemblement d’hydravions de Biscarrosse 2018 »

  1. Bonjour Fred
    Je suis Praseth SAM-OEUN, le pîlote et instructeur sur le Lake D-ETII basé à Aix (LFMA).
    Un grand merci pour ces belles photos.
    En avez-vous d’autres du Lake que vous pourriez partager?
    Vous en remerciant par avance et au plaisir de voler avec vous sur Berre!
    Amicalement.
    Praseth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *